En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. J'accepte

Top

Qu’est-ce qu’une Grande Ecole de Management et qu’y apprend-on ?

Concours Passerelle / S'orienter  / Qu’est-ce qu’une Grande Ecole de Management et qu’y apprend-on ?

BLOG

Qu’est-ce qu’une Grande Ecole de Management et qu’y apprend-on ?

Les 13 écoles du concours Passerelle sont membres de la Conférence des Grandes Ecoles (CGE). Une appartenance qui répond à un certain nombre de critères précis. Et qui entraîne un double niveau d’apprentissage. D’une part, les « hard skills », qui sont les compétences techniques indispensables à tout manager. D’autre part, les « soft skills », à savoir les qualités, plus informelles mais tout aussi essentielles, de savoir-être (relationnel, autonomie, ouverture au monde, etc.), que l’on attend des professionnels sur le marché du travail.

Grandes Ecoles de Commerce : les indicateurs techniques

La reconnaissance de l’Etat

Elle concerne l’école et se base sur un contrôle de la qualité pédagogique, des équipements, des locaux… Cette reconnaissance garantit un cadre apte à l’enseignement des études supérieures. Elle permet aussi aux étudiants d’obtenir une bourse.

Le visa

Il concerne le diplôme, visé à un stade d’études (Bac+5 en l’occurrence) et valide la qualité du contenu de la formation, de la pédagogie et du corps professoral. Les diplômes possédant un visa bénéficient de la garantie de l’Etat. Le visa permet aussi d’obtenir des équivalences de diplômes étrangers et atteste de la crédibilité des écoles.

Le grade Master

Il sanctionne un diplôme Bac+5 à reconnaissance internationale. Ses critères d’attribution sont très exigeants (ce sont les mêmes que ceux du visa, avec, en plus, des critères touchant à la Recherche, à l’ouverture à l’international de l’école et à la part de cours assurés par des professeurs). A ne pas confondre avec un simple « diplôme niveau master » !

Les labels délivrés par des organismes privés

EQUIS, AACSB, AMBA , EPAS… Les accréditations et labels internationaux sont des gages de qualité, qui permettent aux écoles de se positionner sur le plan international.

« Hard skills » : des formations d’excellence, étroitement liés à l’entreprise

Les « hard skills » sont les apprentissages, à la fois techniques et concrets, indispensables au quotidien des managers. Ils forment la base des enseignements prodigués en Grande Ecole de Management.

Cursus sur deux ou trois ans

En admissions parallèles, on peut accéder au Programme Grande Ecole en 1ère année (après un Bac+2) ou en 2e année (après un Bac+3). Les cursus sont organisés autour d’une ou deux années de tronc commun généraliste, suivies d’une année de spécialisation (généralement organisée autour de modules de cours à la carte).

Année 1 : découverte des fondamentaux du management, du marketing et de la finance ;

Année 2 : approfondissement du management et pré-spécialisation ;

Année 3 (souvent précédée d’un stage long en entreprise) : choix de la spécialisation avant l’entrée dans le monde professionnel. L’éventail des choix possibles est très large : RH et management interculturel, supply chain management, innovation, création et entreprenariat, audit, expertise et conseil, finance, ingénierie des systèmes d’information, marketing produit et communication, négociation commerciale, marketing digital…

A la clé, pour les diplômés : l’alliance, variable selon les écoles, mais toujours très prisée des recruteurs, de la polyvalence et de l’expertise.

Retrouvez l’éventail des métiers possibles après un Bac+5 en Grande Ecole de Management

 

Lire aussi : Quels métiers après un Bac+5 en Grande Ecole de management ?

 

Excellence académique et lien avec l’entreprise

Les Grandes Ecoles de Management se caractérisent par leur excellence académique : enseignants-chercheurs, professeurs dotés d’un doctorat, intervenants extérieurs officiant souvent dans des groupes d’envergure internationale… Les cours sont riches et approfondis, nourris des dernières avancées en la matière. En marketing, les étudiants sont formés aux grands principes de la négociation commerciale, au comportement du consommateur ou à la transformation digitale. En ressources humaines, ils découvrent le droit du travail et le management interculturel. En économie, ils étudient la stratégie d’entreprise… La transversalité est cultivée entre les matières.

Aller-retours permanents entre théorie et pratique de terrain.

Outre les enseignements théoriques, la richesse de l’expérience en Grande Ecole de Management repose sur les contacts fréquents et approfondis qu’elle offre avec l’entreprise : 

– les stages obligatoires jalonnent la scolarité ;

– l’alternance (mi-temps entreprise et école, sous statut salarié) est très largement développée ;

– les années de césure, en France ou à l’étranger, sont une formule fortement encouragée.

Toucher ainsi du doigt la vie active permet de mettre en pratique les connaissances acquises en cours, mais aussi d’affiner ses choix et d’apprendre à se connaître.

 

Lire aussi : La professionnalisation au sein de nos écoles

 

Outils de préparation à l’entrée dans la vie professionnelle

Les écoles de management proposent toutes de nombreux dispositifs d’aide à l’insertion professionnelle : ateliers de rédaction de CV et lettre de motivation ; événements dédiés (conférences, séminaire sur les techniques de recherche d’emploi à l’international, stage dating…). Certaines mettent même des incubateurs à la disposition de leurs étudiants entrepreneurs.

Accompagnement et individualisation des cursus

Chaque étudiant se voit proposer un accompagnement personnalisé :

– aide aux recherches de stages ou d’emploi ;

– assistance dans la préparation des séjours à l’étranger ;

– coaching individuel autour du CV, de la lettre de motivation, de la simulation d’entretien…

Par ailleurs, chaque école propose un éventail de parcours très étendu, visant à s’adapter au mieux à la personnalité et aux choix de chaque étudiant. En bref, tout, ou presque, est à la carte ! La garantie d’une scolarité, et de débouchés, qui vous ressemblent vraiment.

Réseau professionnel de poids, exploitable à vie

Intégrer une Grande Ecole de Commerce, c’est pouvoir bénéficier d’un soutien conséquent par de puissants réseaux d’anciens élèves. Garants de l’ « esprit d’école », ces « alumni », souvent très investis dans le développement de l’école, sont de précieux alliés pour décrocher un stage ou un emploi.

Egalement très utile : le réseau noué par les Business Schools elles-mêmes et leurs relations privilégiées avec de nombreuses entreprises partenaires. Sans oublier le tissu des relations que vous vous construirez vous-mêmes, grâce à vos nombreuses expériences professionnelles.

 « Soft skills » : intelligence émotionnelle, ouverture et savoir-être à l’honneur

Savoir-être, intelligence, capacité à travailler en équipe, à se confronter à des personnes et des environnements différents, à prendre des risques et à innover… Les « soft skills » recouvrent l’ensemble des caractéristiques d’ordre comportemental qui vont « huiler » la machine managériale et donner toutes les clés au professionnel pour arriver plus facilement à ses objectifs. Autant de qualités que les grandes écoles de management cultivent soigneusement, au travers de différents biais.

Pédagogie incitative

La pédagogie vise à développer l’autonomie et la prise d’initiative des élèves. Les méthodes d’apprentissage s’appuient sur le « learning by doing » : travaux collaboratifs et par projets (en groupes réduits), formation à distance, études de cas, simulations, challenges, missions de consulting…

Modules de développement personnel

Ateliers coaching en développement personnel, en communication non verbale ou multiculturelle ou en prise de parole en public… Les écoles ne lésinent pas sur les modules visant à donner aux étudiants les clés pour interagir au mieux avec leur entourage. Certaines n’hésitent pas à exiger la réalisation de missions citoyennes, humanitaires ou sociales, pour valider le passage du diplôme. Objectif : leur permettre de développer sens de l’engagement, ouverture d’esprit, humilité, écoute ou adaptabilité.

Forte ouverture internationale

Parce que l’avenir, en particulier dans le management, ne se conçoit pas en circuit fermé sur la France, les Grandes Ecoles de Management sont très attentives à fournir à leurs étudiants un environnement résolument multiculturel :

– un enseignement multilingue avec des professeurs internationaux

– la possibilité d’étudier une troisième langue (chinois, arabe, russe…)

– des campus composés d’étudiants de toutes nationalités

– des semestres ou des années complètes d’études à l’étranger, grâce à un réseau privilégié d’universités partenaires, sur les cinq continents. Le tout avec possibilités de doubles-diplômes

– des stages et/ou années de césure, aux quatre coins du monde.

Intense vie associative

Intégrer une Grande Ecole de Management, c’est se plonger dans une vie associative intense. Laquelle permet de mener des projets de tous ordres, basés sur l’autonomisation et les rapports humains. A côté du traditionnel Bureau des Elèves (BDE), responsable notamment de l’organisation des soirées étudiantes et autres week-ends d’intégration, foisonnent « junior entreprises », associations humanitaires, associations sportives ou artistiques… Autant d’activités ludiques, mais très formatrices : décrocher des partenariats ou créer des événements enseigne le travail d’équipe, la gestion de l’autre, le dépassement de soi, la communication…

Des débouchés professionnels au beau fixe

L’enquête d’insertion 2018 de la CGE est, une fois de plus, très parlante sur la qualité et la nature de l’insertion des jeunes diplômés des grandes écoles de management.

Taux net d’emploi des managers de la promotion 2018 à six mois : 89,4 % (81,1 % en CDI), dont 62 % ont été embauchés avant même l’obtention de leur diplôme.

Salaire brut annuel moyen. Hors prime : 34 122 euros;  avec primes : 38 225 euros.

Secteurs d’activité privilégiés : bureaux d’études et conseil ; banque-assurance ; commerce – distribution ; activités informatiques et services d’information ; juridique-comptabilité-gestion.

Localisation géographique : en France à 87,1 % pour ce premier emploi, mais aussi à l’étranger, en fonction des envies et des opportunités.

Taux de satisfaction dans l’emploi : 82,8 %.

Aucun commentaire

Sorry, the comment form is closed at this time.