En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. J'accepte

Top

Conseils pour vos oraux !

Concours Passerelle / Actualités  / Conseils pour vos oraux !

BLOG

Conseils pour vos oraux !

Vous êtes inscrits aux oraux du Concours Passerelle et vous apprêtez à faire votre tour de France des écoles. Retrouvez tous nos conseils pour vous permettre de réussir cette étape et, nous l’espérons, intégrer l’école de votre choix ! 

L’entretien, une épreuve décisive, visant à sélectionner des personnalités complètes

L’entretien a pour objectif de vérifier la compatibilité de votre profil avec celui de l’école et les métiers du management en général. « Pour le jury, il s’agit d’aller chercher le meilleur de chaque candidat, afin de mieux le connaître, pointe Béatrice Nerson, Directrice adjointe et Directrice du Programme Grande Ecole de Grenoble EM. L’objectif est double. Tout d’abord, voir ce qu’il va pouvoir apporter à l’école en termes de valeurs et de projets. Puis évaluer comment nous pourrons travailler ensemble et lui apporter le maximum dans les parcours qu’il suivra chez nous. »

Comment ça va se passer ?

L’épreuve d’entretien peut être variable selon les écoles : entretien individuel, collectif, appuyé sur un objet… Tous durent 30 minutes, dont 3 à 5 dédiées à la présentation du candidat. Le reste est constitué de questions-réponses avec le jury, le cas échéant sur la base d’un CV, à renseigner en amont ou sur place.

Chaque école a sa propre grille d’évaluation. « Pour se renseigner sur le format de l’oral, rendez-vous dans notre rubrique « les oraux ». N’hésitez pas à contacter également les écoles ou leur team admissibles via les réseaux sociaux. Plus on en sait, moins on sera déstabilisé ! », recommande Pierre-Emile Ramauger, Directeur adjoint du Programme Master à Montpellier Business School.

Informez-vous !

Collecter un maximum d’informations sur les écoles

Qui dit « entretien de motivation » dit nécessité de prouver aux examinateurs que l’on a un réel intérêt pour leur école. Cela se manifeste par une connaissance précise et détaillée de leurs programmes, leurs diverses associations et les «spécialisations» qu’elles proposent.

Pour vous aider dans cette entreprise, plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • Consultez une nouvelle fois leur brochure, ce qui vous donnera un aperçu rapide de l’école
  • Rendez-vous sur leur page école pour avoir plus de détails
  • Visitez leur site internet pour obtenir des informations plus complètes

N’oubliez pas qu’une bonne préparation est indispensable pour réussir vos entretiens. C’est pourquoi, la Learning Box sera un outil précieux et indispensable pour vous entraîner. Au menu : tutos, conseils et échanges avec d’autres candidats.

Amandine B., 23 ans a su exploiter ces différents filons : « J’ai préparé mes six oraux comme des entretiens d’embauche en entreprise, témoigne cette étudiante en deuxième année du PGE à l’EM Strasbourg, qu’elle a intégré en 2016 via Passerelle 2. Dès que j’ai validé mes choix d’écoles pour les oraux, je me suis constituée un dossier pour chacune, sur la base de brochures, infos récoltées sur le site Passerelle et celui des écoles… Je me suis également appuyée sur une longue liste des questions susceptibles d’être posées pendant les entretiens d’embauche (expérience, personnalité, projets professionnels…). J’avais tout mis sur papier et relisais régulièrement mes notes entre 2 oraux. Une tactique qui m’a pas mal aidée ! »

Cédric G., 21 ans, admis à Télécom EM en 2016, via Passerelle 1, a quant à lui, choisi une méthode plus active de préparation. « Devant un miroir, je me suis entraîné à me présenter de manière fluide et structurée, en utilisant les mots les plus appropriés pour permettre au jury de cerner au mieux ma personnalité et mes expériences. J’ai aussi participé à un groupe d’entraide avec mes camarades de promo qui passaient eux aussi le concours : nous nous sommes donnés des conseils, informés et rassurés mutuellement. J’ai également fait appel à une amie ayant intégré l’une des écoles du concours l’année précédente. »

S’immerger dans l’atmosphère des écoles

Pour avoir une idée vraiment complète, rien ne vaut une immersion dans l’école et dans la ville « Il est préconisé de venir quelques heures à l’avance, afin de profiter des visites du campus, voire de la ville, généralement organisées par les équipes d’accueil, pointe Béatrice Nerson. On peut aussi passer par Facebook pour échanger avec la team admissibles. »

Soyez au top le jour J

Prévoir le matériel adéquat

La veille des oraux, avoir ses affaires prêtes : mail de confirmation d’inscription aux oraux qui fait office de convocation, carte d’identité, bouteille d’eau, stylo et montre pour surveiller l’heure (le téléphone portable devant être rangé en entretien).

Respecter les horaires

Chaque étudiant est convoqué à une heure précise. « Il est impératif d’être présent à l’heure, tant par conscience professionnelle que par respect de toute l’organisation du concours », rappelle Béatrice Nerson. « Afin d’éviter toute mauvaise surprise, je suis même toujours arrivé la veille, en prenant soin de choisir des hôtels proches de l’école, précise Cédric. A la clé, aucun retard et bien moins de stress ! »

Soigner sa tenue

Privilégier un look sobre et soigné, mais sans en faire trop non plus. « Pour l’entretien, une tenue correcte s’impose, explique Béatrice Nerson. Pour les garçons, chemise et veste, voire costume cravate ; pour les filles, un tailleur, jupe ou pantalon. Mais il faut se sentir soi-même et à l’aise : alors, ce n’est pas la peine d’arborer des talons hauts si on n’en met jamais d’habitude ! » Un dressing code qui n’empêche pas certaines fantaisies, comme en témoigne Amandine. « Tout en étant en chemisier et pantalon classique, j’avais joué sur des coloris et des imprimés un peu fantaisistes. Et je portais des boucles d’oreilles et des bracelets faits maison, ce qui m’a permis d’illustrer, de visu, mon exposé sur ma passion du « do it yourself » ! »

Soigner sa communication non verbale

  • Attendez que le jury vous tende la main et vous invite à vous asseoir avant de le faire
  • Evitez les tics physiques (jouer avec ses cheveux, se tordre les mains, se balancer…) et les tics de langage.
  • Soignez votre diction
  • Adoptez une posture ouverte : bras et jambes non croisés, mains hors des poches, sourire…
  • Ne lorgnez pas vos pieds et regardez chaque membre du jury dans les yeux, ou bien visez légèrement au-dessus de leur tête
  • Ne cherchez pas à combler à tout prix les silences

Ne pas se laisser démonter

Laissez, dans la mesure du possible, votre stress à l’entrée de la salle. Les jurys ne sont pas là pour vous piéger, mais pour apprendre à vous connaître, donc montrez vous tout simplement sous votre meilleur jour.

Savoir souffler

Nous ne pouvons que vous inciter à profiter des espaces de détente et des animations prévues par les teams admissibles tout au long de vos oraux.

L’entretien : apprendre à vous connaître

Se présenter

Le plus souvent, on vous demandera d’abord de vous présenter. Préparez l’introduction la plus attractive possible, et sous différents formats, en fonction du temps qui vous sera imparti. Si vous souhaitez discuter d’une de vos passions ou expériences, n’hésitez pas à l’évoquer dans votre introduction. « Commencer un oral en parlant de quelque chose qui nous passionne, cela détend, du coup la conversation est plus fluide », souligne Amandine.

Donner ses motivations et ses ambitions

Pourquoi souhaitez-vous faire une école de commerce ? Avez-vous un projet professionnel défini ? Si vous n’avez encore qu’une idée vague de votre avenir, sachez que ce qui compte, c’est la cohérence de votre cursus, ainsi que l’adéquation entre votre profil et les qualités recherchées par nos Grandes Écoles de management : curiosité, ambition, ouverture aux autres, intérêt pour l’international, rigueur, adaptabilité, dynamisme, autonomie

Expliquez aussi pourquoi vous avez choisi de vous orienter vers cette école en particulier, en vous appuyant sur un aspect spécifique de son offre (double diplôme, alternance, cursus anglophone…). « On peut aussi aborder son envie de s’engager dans telle ou telle association », suggère Cédric.

Mettre en avant des projets extrascolaires et hobbies

Vos expériences professionnelles (stages, alternance, jobs d’été…) ou associatives, intéressent le jury. « Ce qui nous importe, c’est ce que vous en avez appris, comment vous en êtes sorti grandi, qu’ils s’agisse à la base de réussites ou d’échecs », note Béatrice Nerson. C’est également sous cet angle que vous pourrez évoquer vos passions et hobbies.

Cultiver humilité et franchise

Ne vous montrez pas trop sûr(e) de vous, et n’hésitez pas à avouer que vous ne savez pas plutôt que de chercher à improviser (ou pire : affabuler). Le jury appréciera votre franchise. N’hésitez pas non plus à demander à reformuler l’une de vos réponses que vous jugeriez trop confuse.

Préparer trois qualités et trois défauts

Souvent un incontournable. Toujours dans cette logique de franchise, préférez un vrai défaut plutôt qu’un «défaut-qualité», du type «je suis trop perfectionniste».

Etayez vos propos

Si vous décrivez une expérience, ou exprimez un goût ou une opinion, prenez garde à bien l’argumenter. Par exemple, si vous déclarez aimer le cinéma, soyez prêt à rappeler le dernier film que vous avez vu, et à expliquer pourquoi vous l’avez aimé ou pas.

Soyez au courant de l’actualité

En particulier économique, sociale, politique et internationale.

Réussir sa sortie

Pour évaluer votre curiosité et votre capacité à improviser, le jury peut vous inviter à lui poser une question en fin d’entretien. Mieux vaut ne pas répondre par la négative. « Vous pouvez, par exemple, demander au jury leur activité ou leur parcours professionnel, vous enquérir de précisions sur tel ou tel aspect de l’école ou entamer une discussion sur votre projet », suggère Béatrice Nerson. A éviter : tout ce qui a trait à votre note ou aux détails administratifs.

Avoir confiance en sa prestation

Ne tirez pas de conclusion trop hâtive du bilan de l’entretien. « Ce n’est pas parce que le jury ne sourit pas que cela s’est mal passé », assure Béatrice Nerson. « Ne pas non plus interpréter à l’excès les paroles d’adieu du jury, poursuit Cédric. Par exemple, « bonne continuation », cela ne veut pas dire que l’on n’est pas pris ! ».

 

Bonne période des admissibles à tous !

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

675d21fa7631f9bc1cbc8f36a10aadc44444444444444